Les métamorphoses illusoires de tous les êtres s'élèvent de la merveilleuse conscience d'Eveil parfait du Tathagata. Il en est comme des fleurs dans le ciel, qui proviennent de la vacuité : à la disparition de ces fleurs illusoires, la nature de la vacuité reste inaltérée. De même, la conscience illusoire des êtres disparaît en prenant appui sur l'illusion. A la disparition des illusions, la conscience d'Eveil demeure, immuable. Parler d'Eveil en prenant appui sur l'illusion est encore une illusion. Dire qu'il y a Eveil, c'est n'être pas encore dégagé de l'illusion, de même si l'on dit qu'il n'y a pas d'Éveil. C'est pourquoi on parle d'immutabilité quand l'illusion s'est évanouie.            

citation(s) / poème(s) n° 871:  Sutra de l'Eveil parfait, ( VIe -VIIe siècle),  apocryphe chinois, Bouddhisme, Mahayana, Madhyamaka.
traduit par Catherine Despreux, Aux sources du Bouddhisme, Fayard, p.420

source : http://www.onelittleangel.com